Queneau et Coluche sont dans l’autobus (le 84)

 

images (7).jpg images (5)

Écrits durant l’Occupation, les Exercices de Style furent publiés en 1943 dans la revue Messages puis édités par Gallimard en 1947. Performance « oulipiesque » du génial Queneau, ils consistent à raconter la même histoire (courte et insipide) de 99 façons différentes. Mis en scène par Yves Robert à la Rose rouge en 1949 puis chantés par les Frères Jacques, ils vont devenir légendaires. Les Exercices de Style eurent une influence considérable sur le théâtre de Ionesco. « Je crois, déclara ce dernier, que si je n’avais pas lu les Exercices de style de Raymond Queneau , je n’aurais pas pu présenter La Cantatrice Chauve, ni rien d’autre à une compagnie théâtrale ».

En voici une des 99 versions intitulée Surprises :

Ce que nous étions serrés sur cette plate-forme d’autobus ! Et ce que ce garçon pouvait avoir l’air bête et ridicule ! Et que fait-il ? Ne le voilà-t-il pas qui se met à vouloir se quereller avec un bonhomme qui -prétendait-il ! ce damoiseau ! – le bousculait ! Et ensuite il ne trouve rien de mieux à faire que d’aller vite occuper une place laissée libre ! Au lieu de la laisser à une dame ! Deux heures après, devinez qui je rencontre devant la gare Saint-Lazare ? Le même godelureau ! En train de se faire donner des conseils vestimentaires ! Par un camarade !

Mais pourquoi 99 ? Pourquoi pas 100 ? Réponse : c’est la faute à Gaston. Pour leur publication, Gallimard aurait en effet jugé inconvenant publier le centième, car à même « de choquer les jeunes lecteurs ». Jugez-en :

Sur la ligne S, à une heure d’affluence, un beau mec dans les vingt-six ans qui se trouve être une fille, se fait presser par un homme agité, haletant, au visage écarlate. Soudain elle s’écarte de son voisin car elle vient de constater que sa robe est tâchée de manière suspecte. Elle houspille le type et change de place. Deux heures plus tard, je la retrouve devant un sex-shop près de la gare Saint-Lazare. La fille est avec un camarade qui a le nez plongé dans son décolleté et lui dit : « Il y a des pervers partout, tu devrais faire mettre un bouton supplémentaire à ton pardessus ».

Innombrables sont les versions « à la manière de ». En voici une de plus, à la manière de Coluche :

C’est l’histoire d’un mec, il est dans l’autobus. Le 84. Mais à l’époque, on dit le S. Bon. Alors, le mec, dans l’autobus, il a des mots avec un autre mec. Ridicule, l’autre mec, avec son chapeau à la con. Ils s’engueulent. Oui, heu, non, oui mais alors, on me bouscule, tout ça, quoi ! Pas content le mec au chapeau. Attends, attends, c’est pas là qu’il faut rire. Ce qui est rigolo, c’est qu’après, le premier mec, il retrouve le mec pas content devant la  gare Saint-Lazare. Qui discute avec un autre mec qui lui dit de mettre un bouton à son pardessus. Ouah ! La crise de rire !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s