Si par hasard, sur Le Pont des arts, tu croises Balzac, Camus, Modiano et les autres

le-pont-des-arts-cartier- bresson 1955
Photo Henri Cartier-Bresson, 1955

 

C’est deux sous !

Cher pont des Arts : dans La Rabouilleuse, Balzac rappelle qu’il existait un péage poimages (8)ur traverser la Seine entre le Louvre et L’Institut de France. Philippe Bridau rappelle-t-il, « faisait cirer ses bottes sur le Pont-Neuf pour les deux sous qu’il eût donnés en prenant par le pont des Arts pour gagner le Palais-Royal ».

Quelques gouttes de surréalisme

shopping (2)     Parmi les écrits faisant état du pont des Arts, signalons Les Dernières Nuits de Paris dans lequel Philippe Soupault évoque la célèbre passerelle : « Trainant un parapluie comme on tire un chien mélancolique, un couple passa sur le quai et s’arrêta un instant pour jeter un coup d’œil. Je les vis prendre les jambes à leur cou. La femme jetait des petits cris qui rappelaient ceux de la chouette. Ils laissèrent leur parapluie en otage sur le pont des Arts ».

La marche hongroise

Dans La Marche à l’Étoile, de Vercors, le jeune hongrois (Thomas Muritz) qui parcourt l’Europe n’a qu’un objectif : rejoindre « ce point du monde où l’on embrasse à la fois […] l’Institut, le Louvre, la Cité — et les quais aux bouquins, les Tuileries, la butte latine jusqu’au Panthéon, la Seine jusqu’à la Concorde ».

Pauvre Jean-Baptiste Clamence. Que n’a-t-il empêché le suicide de la jeune fille sur le pont des Arts…

images (19)Plus connu est La Chute, de notre ami Camus. « J’étais monté sur le pont des Arts, désert à cette heure, pour regarder le fleuve qu’on devinait à peine dans la nuit maintenant venue. Face au Vert-Galant, je dominais l’île. Je sentais monter en moi un vaste sentiment de puissance et, comment dirais-je, d’achèvement, qui dilatait mon images (21).jpgcœur. Je me redressai et j’allais allumer une cigarette, la cigarette de la satisfaction, quand, au même moment, un rire éclata derrière moi. » Pauvre Jean-Baptiste Clamence. Condamné à chuter, coupable pour l’éternité.

 

Claude Roy parle de Rivière sur le pont des Arts

La Seine, fleuve du temps qui passe. Et une passerelle, pour relier les rives intérieures. Dans La traversée du Pont des Arts, Charles Rivière y fait la rencontre d’un passé perdu et retrouve la femme qu’il a aimée depuis l’enfance.shopping

 

Cessez de rire, charmante Elvire…

Albert Vidalie (Vidaloche, pour les intimes) fut romancier, nouvelliste, poète, auteur de théâtre, scénariste et product_9782207205570_98x0parolier pour Gréco, Montand, Les Frères Jacques et bien sûr Reggiani, pour lequel les loups entrèrent dans Paris en 1967. Grand copain d’Antoine Blondin, Vidalie trainait souvent au Bar-Bac, à quelques pas du pont des Arts. Il publia Bijoutiers du clair de lune, puis Le pont des Arts, livre autobiographique.

D’une rive à l’autre avec Modiano

images (7)Dans sa dérive déambulatoire, Patrick Modiano oppose souvent les deux rives de Seine, frontière entre deux univers reliés par le mince pont des Arts. La Rive gauche est celle du quai Conti, de la mère, de l’enfance malmenée, des parents séparés, de la mort de son frère Rudy. La Rive droite est celle du père, des années noires de l’Occupation. « À vingt ans, déclare-t-il en 1996 dans Les Inrockuptibles, j’éprouvais un soulagement quand je passais de la Rive gauche à la Rive droite de la Seine, en traversant le pont des Arts. Je me retournais une dernière fois pour voir briller, au-dessus de la coupole de l’Institut, l’étoile du Nord. Tous les quartiers de la Rive gauche n’étaient que la province de Paris. Dès que j’avais abordé la Rive droite, l’air me semblait plus léger. Je me demande aujourd’hui ce que je fuyais en traversant le pont des Arts. Peut-être le quartier que j’avais connu avec mon frère et qui, sans lui, n’était plus le même »

Qui se souvient de Louis-Simon Auger ?

images (8)Il fut élu à l’Académie le 11 avril 1816 en remplacement de Lucien Bonaparte qu’avait exclu l’ordonnance royale du 21 mars et devint secrétaire perpétuel le 1er janvier 1826. La perpétuité dura trois ans : il se suicida en se jetant dans la Seine du haut du Pont des Arts, le 2 janvier 1829. Pourquoi ? Je ne sais pas.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s