Quelques grammes de ‘Pataphysique

7, rue de de l’Odéon

7 odéon

C’est à la Maison des amis des livres, 7 rue de l’Odéon, dans la librairie de notre chère « servante des livres » Adrienne Monnier, que fut fondé le Collège de ‘Pataphysique. L’événement eut lieu le 22 Palotin 75 (en langage vulgaire le 11 mai 1948) et c’est Maurice Saillet (1914-1990) qui officia avec Irénée-Louis Sandomir, pseudonyme d’Emmanuel Peillet, professeur de lettres et de philosophie, passionné de photographie, de cactus et de plantes grasses, et qui sera, sous le nom de Latis, un des membres fondateurs de l’Oulipo.

Que fera le Collège fut la question centrale débattue à la librairie. Après de longs débats, une réponse fit l’unanimité : « Le Collège de ‘Pataphysique étudie les problèmes les plus importants et les plus sérieux de tous : car ce sont les seuls importants et les seuls sérieux. »

Queneau

Mais encore ? Kécékça ? dirait l’ami Queneau en se grattant la tête. Jarry, dans son Docteur Faustroll, indique qu’il s’agit de la science de ce qui se surajoute à la métaphysique, soit en elle-même, soit hors d’elle-même, s’étendant aussi loin au-delà de celle-ci que celle-ci au-delà de la physique.

Merci Georges Perec

fromageperec

Cette définition nous emmène-t-elle trop loin ? Fort heureusement, le fromage et Georges Perec nous ramènent sur terre pour éclairer notre lanterne : « Tu as un frère qui aime le fromage, c’est de la physique. Tu n’as pas de frère et il aime le fromage, c’est de la ‘Pataphysique. »

On l’aura compris, la ‘Pataphysique est la science des solutions imaginaires (on ajoute généralement « qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité », mais, bon, ça fait vraiment trop long.)

De l’importance de l’apostrophe

apostropheVous avez remarqué que le mot ‘Pataphysique s’écrit précédé d’un apostrophe. Afin, dit Jarry, d’éviter un facile calembour. Quel calembour ? Nul ne saurait le dire et Jarry doit bien se marrer en lisant ces lignes, heureux d’avoir semé d’innombrables points d’interrogation.

Puisque nous avons le bonjour d’Alfred, sachez que le mot ‘Pataphysique n’apparait pas dans Ubu roi. Que nenni. Il faut attendre Ubu cocu pour le découvrir sur une carte de visite qu’un inconnu présente à Achras : « Monsieur Ubu, ancien roi de Pologne et d’Aragon, docteur en Pataphysique… »

Achras ne comprenant pas le sens du mot (qui dans le texte n’est pas précédé d’un apostrophe, diable !), Ubu s’explique : « La Pataphysique est une science que nous avons inventée, et dont le besoin se faisait généralement sentir. »

Beaucoup plus efficace que la démocratie

SandomirRevenons rue de l’Odéon et à notre Collège. Dans la vie, même pataphysicienne, il faut un chef. Il fut donc décidé qu’un Vice-Curateur dirigerait le Collège de ‘Pataphysique, tant au spirituel qu’au temporel, et veillerait consciencieusement à ce que celui-ci n’ait aucune utilité. Notons que le Vice-curateur est élu à bulletin secret par un Electeur Unique. Le premier fut sa Magnificence le Docteur Sandomir, qui exerça (en dates vulgaires) du 11 mai 1948 à sa mort le 10 mai 1957.

timbre molletAprès deux ans d’interrègne, le deuxième Magistère fut celui du Baron Mollet, du 10 mai 1959 à sa mort, le 9 janvier 1963. (L’électeur unique fut Raymond Queneau).

Quelques mots sur le « baron » Mollet

Venu à Paris à la fin du XIXe siècle, vaguement journaliste et poète, il rencontre Alfred Jarry et devient un grand ami de Guillaume Apollinaire. A la fin de l’année 1904, c’est lui qui aurait présenté Picasso à Apollinaire à l’Austin bar, 26 rue d’Amsterdam.

Ombre portée du poète, il devient vaguement son « secrétaire » et se voit affublé du titre de « baron », car Guillaume trouve ça marrant. Avec la mort d’Apollinaire, les temps deviennent durs. Pauvre, tombé dans l’oubli parisien, il est « redécouvert » par le Collège de ‘Pataphysique qui le nomme Satrape le 11 mai 1953. Doyen du Collège, étant le seul de ses membres à avoir connu Jarry, il est alors élu Vice-Curateur. La réception a lieu sur la Terrasse des Trois Satrapes au Moulin-Rouge, chez Vian et Prévert. Son « règne » qui dura cinq ans est considéré comme la période faste du Collège.

Quel jour on est ?

1.-Absolu

Pour ceux qui souhaitent se familiariser avec la ‘Pataphysique, il convient de bien maitriser le calendrier : l’ère pataphysique commence le 8 septembre 1873, date de la naissance d’Alfred Jarry ; l’année va donc du 8 septembre au 7 septembre suivant. Comptez treize mois de 28 jours, plus un mois en surnuméraire. L’année complète compte 377 jours dont 12 jours imaginaires (11 les années bissextiles. Tous les 13 sont des vendredis et le 1er, le 8, le 15 et le 22 de chaque mois sont toujours dimanche. Les mois sont : absolu, haha, as, sable, décervelage, gueules, pédale, clinamen, palotin, merdre, gidouille, tatane, phalle.

Pas si inutile que ça, le Collège

FaustrollParmi les innombrables bienfaits du Collège de ‘Pataphysique figure la remise sur le devant de la scène du Gestes et opinions du docteur Faustroll, écrit en 1898 et édité en 1911. Dans lequel vous trouverez un calcul très précis de la surface de Dieu : « Jusqu’à plus ample informé et pour notre commodité provisoire, nous supposons Dieu dans un plan et sous la figure symbolique de trois droites égales, de longueur a, issues d’un même point et faisant entre elles des angles de 120 degrés. C’est de l’espace compris entre elles, ou du triangle obtenu en joignant les trois points les plus éloignés de ces droites, que nous nous proposons de calculer la surface ». Suis une série d’équations dont je vous fais grâce.

T’as d’beaux noms, tu sais…

Vian salvador
Le baron Mollet, Boris Vian, Henri Salvador…

Parmi les membres du collège, notons : Raymond Queneau (1950), Jacques Prévert (1951), Eugène Ionesco (1951), Boris Vian (1952), François Caradec (1952), Marcel Duchamp (1953), René Clair (1957), Michel Leiris (1957), Henri Salvador (1959), Jean Dubuffet (1962), Georges Perec (1968), John Lennon, Juan Miro (1957), Henri Jeanson (1961), Paul Mc Cartney (1968), Pierre Mac Orlan (1968), David Hockney (1966), Man Ray, Fernando Arrabal (1990), Umberto Eco (1992), Jean Baudrillard (2001)…

N’oublions pas le chien de Prévert, Ergé, fut également élu membre du Collège de même que la Quatrième république et les Marx Brothers, en 1953.

Nostalgie ?

polidor

Si vous cherchez un restaurant, pourquoi pas le célèbre Polidor, rue Monsieur-le-Prince, qui accueillit dans son-arrière salle les assemblées du Collège de ‘Pataphysique à partir de 1948 jusqu’en 1975.

Sur ce, cornegidouille, le Père Ubu vous salue bien !

 

 

Vous reprendrez bien un peu d’anagrammes ?

L’anagramme, vous connaissez, surtout si vous jouez au Scrabble. Selon le Larousse, il s’agit d’un mot formé en changeant de place les lettres d’un autre mot. Exemple : Si l’on prend césar, sacre est son anagramme. Si l’on prend chien, il y a niche. Si l’on prend soigneur, il y a guérison, si l’on prend tentation, il y a attention, etc. Bref, l’anagramme, c’est féminin, c’est marrant et c’est parfois très étonnant. Pour bien commencer l’année, je ne peux que recommander deux ouvrages où l’anagramme atteint des sommets d’ingéniosité. Petit florilège littéraire et pictural :

 

mona

Le sourire de Mona Lisa

le soir donna la lumière

 

Sade2.jpg

Le marquis de Sade

démasqua le désir

 

index.jpg

Le duc de Saint-Simon

Mondanités lucides

 

Maldoror.jpg

Les chants de Maldoror

L’art choral des démons

 

radeau.jpg

Le Radeau de la Méduse

au-delà de la démesure

 

Levi-strauss.jpg

Claude Lévi-Strauss

a des avis culturels

 

camus.jpg

Albert Camus 

c’est la rumba

 

dans-le-secret-de-montaigne.jpg

Michel de Montaigne 

Homme digne et câlin

 

Verdurin.jpg

Salon de madame Verdurin

Marivauder dans le monde

 

Petit prince.jpg

On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux

Saint-Exupéry veut, noble visée, que l’être conçoive bien les illusions

 

Roseau.jpg

L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature, mais c’est un roseau pensant

Où est l’homme, traînant sa peur, auquel Pascal, frêle et usé, donna un sens sublime

 

Liberté

La liberté guidant le peuple, d’Eugène Delacroix

Le gueux radine, l’étendard palpite, le ciel bouge

 

Bossuet.jpg

Monseigneur Bossuet, l’Aigle de Meaux

Diable, les goûteux sermons ! Une magie !

 

Sand chopin

Aurore Dupin, baronne Dudevant, alias George Sand

Valsera d’abord au son du piano d’un génie étranger

 

Ces anagrammes sont issues de Anagrammes pour lire dans les pensées, de Raphaël Enthoven et Jacques Perry-Salkow, et de Anagrammes renversantes, d’Etienne Klein et Jacques Perry-Salkow. Qu’ils soient remerciés.

 

Anagrammes 1.jpg       Anagrammes2.jpg

 

 

Et pour finir, ce joli plan du métro parisien  “anagrammisé” par Gilles Esposito-Farèse (qu’il soit remercié également), où Gare du Nord devient Ô dur danger et Porte de la Chapelle Le Pédé phallocratte.

 

plan-metro-anagrammes-paris.fr.png

 

Dans l’enfer des Champs-Élysées

Dans la mythologie grecque et romaine, les Champs-Élysées sont une région des Enfers, (quatrième division selon les Grecs, septième, selon les Romains) réservée aux hommes vertueux et aux héros. Il y règne un printemps éternel dans des bocages embaumés, la vieillesse a disparu, on conserve tout aussi éternellement l’âge où l’on a été le plus heureux. Fichtre. Et les femmes, alors, elles vont où ? Remontons vite le temps et les Champs-Élysées, à la rencontre de sept femmes remarquables…

 En bas des Champs-Elysées, la dame-pipi de Proust

Près du Guignol des Champs-lysées (fondé en 1818), se trouve le « chalet de nécessité » que Proust évoque avec gourmandise dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs.  L’auteur le décrit comme une sorte de « petit théâtre rustique au milieu des jardins » auquel on accède par quelques marches et qui dégage « une fraîche odeur de renfermé ».

9506-p12-fb-goncourtJpg.jpg

La tenancière est une « vieille dame à joues plâtrées et à perruque rousse » à laquelle tient compagnie un garde forestier surveillant massifs et pelouses. D’un snobisme extrême (elle se présente comme marquise), elle lui parle de ses « clients », ceux qu’elle accepte et ceux qu’elle refuse pour leur malpropreté supposée ou leur tête de mauvais payeur. Commentaire en couperet : « Je ne veux pas de ça chez moi ! »

Au 25, le trottoir de la Païva

La Paiva.jpgIl ne fallut pas longtemps à Thérèse Lachmann pour passer de la maison close au palais « élyséen ». Après un pianiste de renom et quelques lords anglais, c’est un noble portugais qui lui donne son titre de marquise de la Païva, puis c’est le comte de Donnersmarck, qu’elle épouse en 1871 et lui offre son célèbre hôtel particulier sur les Champs-Élysées. Si elle fut une des sources d’inspiration de Zola pour camper le personnage de Nana, son hôtel particulier servit à décrire l’hôtel Saccard des Rougon-Macquart.

Hôtel Paiva

dumas fils.jpgInterrogé sur la durée des travaux (dix ans), Dumas fils aurait déclaré : « C’est presque fini, il ne manque que le trottoir ».

Son coût exorbitant défraya la chronique et on surnomma l’hôtel de la Païva « qui paye y va ». Quant aux Frères Goncourt, ils le qualifièrent de « Louvre du cul ».

Au 32, Émilienne d’Alençon et la Cropole

Emilienne.jpgFille d’une concierge de la rue des Martyrs, la future Émilienne d’Alençon reçoit son pseudonyme de Laure de Chiffreville, courtisane qui lui prédit une brillante carrière en admirant le point d’Alençon de sa tunique au cours d’un diner. Contrairement aux hétaïres grecques, les « horizontales » de la Belle Époque n’ont nul besoin d’être cultivées pour atteindre l’Olympe de la cocotterie. La jolie Émilienne ne déroge pas à la règle : chez Maxim’s, une brillante assemblée évoque la beauté de l’Acropole. Émilienne intervient : « On m’a souvent parlé de cette Cropole. Mais qui c’est, celle-là ? » Surnommée « gavroche féminin » en raison de son origine parisienne populaire et de la spontanéité de ses répliques, elle régna sur les Folies Bergère, Maxim’s, Londres, Bruxelles, la Riviera, et la Côte normande, enchaîna les aventures sensuelles, masculines et féminines, et révéla un certain talent dans le travail des rimes, sans jamais se départir de sa drôlerie, phénomène unique chez les courtisanes.

Au 53, Polaire et sa taille de guêpe

Willy.jpg
Willy et ses « twins », Colette et Polaire

Elle fut l’amie (mais non l’amante) de Colette qui lui confia en 1902 le rôle de Claudine dans Claudine à Paris aux Bouffes-Parisiens. « Elle comprenait, relate l’écrivaine, tout ce qui était nuance, finesse, arrière-pensée, et le traduisait à ravir. » Dans Mes Apprentissages, Colette mentionne un certain Pierre L… comme étant le compagnon de Polaire à cette époque. Il est généralement admis que ce Pierre L… était Pierre Louÿs.

Sur le plan chanson, Polaire s’illustra comme une « gommeuse épileptique », élégante aguicheuse secouée par une intense activité corporelle et gestuelle. Petite, dotée d’une taille de guêpe, elle possédait selon Willy des « yeux de fellahine, diamants noirs allongés jusqu’aux tempes ».

Après avoir habité 11, avenue du Bois, Polaire acheta au 53 Champs-Élysées un petit hôtel de style Trianon doté de l’électricité. Elle figure dans le Livre Guinness des records comme la détentrice (avec la britannique Ethel Granger) de la taille (corsetée) la plus fine : trente-trois centimètres.

Au 74-76, la duchesse d’Uzès

Á l’emplacement du Lido s’élevait dans les années 1890 un des plus beaux hôtels particuliers de Paris, construit entre cour et jardin pour la reine Christine d’Espagne. L’hôtel fut racheté par une femme de caractère, Anne de Rochechouart de Mortemart, duchesse d’Uzès, écrivaine, sculptrice et… pilote automobile. La tradition lui attribue le premier certificat de capacité féminine, ancêtre du permis de conduire, le 12 mai 1898. Elle lui accorde également d’avoir fait l’objet de la première verbalisation pour excès de vitesse, au volant de sa Delahaye type 1, à près de 15 km/h au lieu des 12 maximum autorisés.

Uzès duchesse d'1.jpg

En 1902, elle vendit son hôtel à Georges Jules Dufayel, roi des grands magasins, qui s’empressa de démolir la demeure pour construire à sa place une mégalomanie architecturale que les Parisiens baptisèrent derechef et ironiquement le Palais de la beauté.

Hôtel dufayel.jpgQuant au Quant au Lido qui lui succéda, il fut l’œuvre d’un spéculateur ayant fait fortune dans le commerce des perles.

Au 92, Emmanuelle et Antonin Artaud

emmanuelle.jpg

Jusqu’en 2007, le 92 Champs-Élysées abritait l’UGC Triomphe, cinéma qui projeta Emmanuelle 553 semaines de suite. Un film cul(te) : cinquante millions d’entrées dont neuf millions en France. Le roman d’Emmanuelle Arsan présente en exergue la phrase suivante : « Nous ne sommes pas encore au monde / Il n’y a pas encore de monde, / Les choses ne sont pas encore faites, / La raison d’être n’est pas trouvée. » Eh oui, c’est une citation d’Antonin Arthaud qui ouvre Emmanuelle. Cela signifie-t-il que le sexe libèrera la femme, qu’on retrouvera un état primitif vierge de tout asservissement masculin ? Mystère et boule de gomme.

vignette-antonin-artaud-23657
« Là ou ça sent la merde, ça sent l’être ».
Antonin Artaud, La Recherche de la fécalité (1948)

Au 152, à droite toute avec Madame de Loynes

Madame_de_Loynes
Peint en 1862 par Amaury-Duval et conservé au Musée d’Orsay,

Née Marie-Anne Detourbay dans une famille pauvre de la région rémoise, elle s’installe à Paris où, sous le nom de « Mademoiselle Jeanne de Tourbey », elle se fait rapidement un nom parmi les demi-mondaines.

Flaubert.jpg

« Protégée » par le directeur du théâtre de la Porte-Saint-Martin (qu’elle ruine) puis par le prince Napoléon (cousin de Napoléon III), elle s’installe rue de l’Arcade où elle tient salon tous les vendredis, se distinguant par son charme et ses qualités d’hôtesse, recevant Théophile Gautier, Ernest Renan, Sainte-Beuve, Arsène Houssaye et Flaubert, qui tombe amoureux d’elle et lui adresse des lettres enflammées.

Devenue comtesse de Loynes par un mariage sans lendemain, elle déménage au 152 avenue des Champs-Elysées dans un appartement dont Boni de Castellane moque, dans ses Mémoires, les « meubles recouverts de peluche brune à franges bon marché ».

Lemaitre.jpg
ça, c’est Jules Lemaitre

Avec son amant en titre Jules Lemaitre, critique reconnu et médiocre écrivain, de seize ans plus jeune qu’elle, Mme de Loynes fonde la Ligue de la patrie française et son salon, progressivement, devient un haut-lieu de la droite antidreyfusarde, fréquenté par Édouard Drumont, Jules Guérin ou Henri Rochefort. À la fin de sa vie, en 1908, elle aidera Charles Maurras et Léon Daudet à fonder L’Action française en offrant 100 000 francs-or.

 

 

Tableau Jules Lemaitre.jpg
ça, c’est Léon-Jules Lemaitre, ne pas confondre !

Selon l’historien Gérard Desange, Mademoiselle Jeanne de Tourbey, futur comtesse de Loynes, pourrait être le modèle de L’Origine du monde, de Courbet.