Quelques pas rue de Richelieu avec Stendhal, Molière, Diderot, George Sand, Balzac…

turgot

A partir du XVIIe siècle, la rue de Richelieu a séduit un nombre très important d’artistes, écrivains et peintres. Selon Jacques Hillairet, le succès de la rue tient à son statut central et à la présence de nombreux théâtres. « Car elle en a desservi trois, écrit-il, et non des moindres puisque deux d’entre eux étaient la Comédie-Française (N° 6 bis) et l’autre, l’Opéra (N 69, 71), le troisième étant la salle Louvois (N 69, 71) où fut le Théâtre-Italien. Elle en a même desservi cinq puisqu’elle passait entre l’Opéra-Comique et le théâtre Feydeau, tous deux édifiés sur le terrain d’anciens hôtels de cette rue. Si de plus l’on tient compte des tumultueuses galeries du jardin du Palais-Royal à son extrémité sud et du bruyant jardin Frascati à son extrémité nord, on comprendra mieux encore combien cette rue fut animée, recherchée… »

 Au 6 (ancien 13), George Sand avant Sartre

George Sand (1804-1876) ne saurai être réduite à ses amours tumultueuses avec Musset et Chopin, à ses romans et à la « bonne dame de Nohant ». Elle fut également une journaliste engagée, socialo-communiste convaincue dès 1840, prônant la création de communautés pour dépasser les antagonismes de classes.

Sand3En février 1848, alors qu’à Nohant, sous ses fenêtres, les manifestants scandent : « A bas madame Dudevant, A bas Maurice Dudevant, A bas les communistes ! », elle participe activement à la révolution et l’avènement de la République. Elle rédige des brochures populaires et fonde La Cause du peuple  le 9 avril 1848, journal installé au 6 rue de Richelieu et qui ne comptera que trois numéros, dans lesquels elle publiera Le Roi attend, pièce mettant en scène l’avènement du peuple souverain.

george_sand_grande_image
George Sand par Delacroix, reproduit dans Le Monde illustré du 16 août 1884

On le sait, la révolution de février 1848 accouchera d’une souris bourgeoise. Après la ruine de ses espoirs de révolution sociale, Sand repartira à Nohant le 17 mai au soir.

SartreEn avril 1848, on ne mit pas George Sand en prison pour ses idées subversives. (Elle s’y attendait pourtant, avant de rentrer à Nohant). Il en sera de même d’un autre directeur d’une autre Cause du peuple.  « On ne met pas Voltaire en prison ! » aurait déclaré De Gaulle à son cher Raymond Marcelin, ministre de l’Intérieur. Si ses deux premiers directeurs, Jean-Pierre Le Dantec et Michel Le Bris sont incarcérés, l’iconique Jean-Paul Sartre ne risque rien. C’est ainsi qu’en avril 1970, il est nommé directeur de La Cause du Peuple, journal de la gauche prolétarienne créé en mai 1968 par Roland Castro.

Au 23, Pierre Mignard

GloirePierre Mignard, vous connaissez ? Sans doute pas. Ce peintre qui habita au 23 est connu notamment pour sa Gloire des Bienheureux, fresque ornant le dôme de l’église du Val-de-Grâce à Paris. Il fut très pote avec Molière, dont il fit le portrait (1669). Echange de bons procédés amicaux, Molière composera un éloge en vers de la dite fresque : La Gloire du Val-de-Grâce. (Vraiment tarte, si vous voulez mon avis, vous pouvez lire le texte sur Gallica).

Mignard3

Plutôt tarte également est le portrait de Louis XIV peint par Mignard en 1673 : sur un cheval cabré, le roi est vêtu à la romaine, tandis que dans les cieux, la Victoire le couronner de deux rameaux de laurier, gloire militaire oblige. En juin 1687, Mignard sera anobli par le roi qui, à la mort de Charles Le Brun, le nommera  premier peintre.

 

Au 40, c’est Molière

mort_moliereLe 17 février 1673, après un malaise survenu sur scène, lors de la 4ème représentation du Malade imaginaire, Molière décède d’une attaque foudroyante. Il n’a donc pas signé une renonciation au métier de comédien, comme c’est la coutume, quand on sent sa fin venir. Il ne peut donc pas bénéficier d’une sépulture chrétienne (depuis le IV° siècle, les comédiens étaient excommuniés par l’Eglise). Mais, par l’intervention de Louis XIV, il eut finalement droit à une sépulture (sans faste et de nuit) au sein du cimetière Saint Joseph.

Au 39, c’est Diderot

 Un siècle plus tard et à quelques mètres, c’est au tour de Diderot. Le 1er juin 1784, il a quitté la rue Taranne et aménagé au 39 de la rue de Richelieu dans l’hôtel dit de Bezons afin de ne plus avoir à gravir quatre étages. Il y restera deux mois et y décèdera d’un emphysème le 31 juillet 1784 à l’âge de soixante-dix ans.

DiderotDans une lettre à Sophie Volland, il avait écrit : « Est-ce que je ne vous ai pas dit cent fois que j’étais éternel ; est ce que jusqu’à présent cela n’est pas vrai ? N’allez pas prendre cela pour un mensonge officieux ; c’est la pure vérité. J’ai bien ouï dire qu’on en mourrait mais je n’en crois rien. »

 

 

 

Au 59, le charme de Robert Lotiron

Lotirin2

 « La cote de Robert Lotiron est stable, oscillant autour de 800 à 1200 euros. Les sujets présentés en vente sont des sujets très classiques, par ailleurs très commerciaux : Florence, le port de Cannes, la scène de moissons, ou encore les bateaux au mouillage, autant de sujets plaisants et colorés » peut-on lire sur expertisez.com. Qualifié parfois d’artiste post-cubiste, Lotiron développe dans les années 1920-1930 un style naturaliste poétique qui s’inscrit dans le courant néoréaliste. Adepte des petits formats, amoureux de l’eau, il a souvent peint la capitale.

Regnard, c’est au 80

regnardA propos de Molière et de la rue de Richelieu, citons le poète Regnard (Jean-François), qui habita à l’angle de la rue Feydeau. Au XVIIe siècle, il fut considéré comme le meilleur poète dramaturge français après Molière. Si le moraliste Joubert déclara : « Regnard est plaisant comme le valet, et Molière comique comme le maître », Voltaire fut plus laudatif : « Qui ne se plaît pas avec Regnard n’est pas digne d’admirer Molière. »

Pour ceux qui aimeraient en savoir plus, je conseille une  étude de D.-L. GILBERT qui  a obtenu le prix d’éloquence de l’Académie Française dans sa séance publique annuelle du 25 octobre 1859. Olé.

Au 110-112, c’est Balzac et son Vautrin pour demain

BalzacÀ l’angle de la rue Richelieu et du boulevard Montmartre, Balzac loue sous les toits un petit pied-à-terre à son tailleur-spéculateur immobilier Jean Buisson. Un soir de 1840, selon Théophile Gautier, Balzac le convoque avec ses amis Laurent-Jan, Édouard Ourliac et de Belloy. « Voilà, dit en substance Balzac, je dois remettre demain à Harel un drame en cinq actes. Et je n’ai pas écrit la moindre ligne. Mais j’ai un plan : nous allons bâcler la chose pour toucher la monnaie. Gauthier fera un acte, Ourliac un autre, Laurent-Jan le troisième, de Belloy le quatrième, moi le cinquième et je remettrai le drame à midi comme il est convenu. Un acte chacun, ce n’est pas plus de quatre ou cinq cents lignes que l’on peut faire dans la journée et dans la nuit. – Contez-moi le sujet, demande Théophile Gautier, indiquez-moi le plan, dessinez-moi en quelques mots les personnages et je vais me mettre à l’œuvre. – Ah ! s’écrie Balzac accablé, s’il faut vous conter le sujet, nous n’aurons jamais fini.

Rue Richelieu ou rue Stendhal ?

stendhal-coverS’il est un écrivain entiché de cette rue, c’est bien Stendhal. En 1821, il loge au 45, dans l’hôtel de Bruxelles. En mai 1822, peu de temps après qu’il a traité avec son éditeur Pierre Mongie pour De l’Amour, il s’installe à Hôtel des Lillois, au 63 (au 61 actuel), dans la même maison que l’actrice cantatrice Mme Pasta pour laquelle il éprouve quelques sentiments. En 1828, après son séjour en Italie, il retrouvera la rue de Richelieu en résidant à l’hôtel de Valois, à l’actuel, 69 (anciennement 71) où il achève le Rouge et le noir (commencé à Marseille). Il y séjournera à nouveau brièvement, en 1833.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s