Un petit tour rue du Montparnasse ?

rue

Voici ce que côtoyaient Hugo et Flaubert lorsqu’ils se rendaient chez Sainte-Beuve, rue du Montparnasse.

Au 11, Sainte-Beuve, Adèle et ses Causeries

BeuveRêvant de littérature, l’auteur de Port Royal ne parvint pas aux sommets qu’il visait, malgré les conseils d’un Victor Hugo avec lequel il se brouilla, lui ayant « piqué » son Adèle. Charles-Augustin décida alors d’endosser la tenue de critique littéraire, souvent partiale, ce qui lui vaudra par la suite une grosse colère de Marcel Proust. Le 1er octobre 1849 parait un billet dans le Constitutionnel : « M. Sainte-Beuve s’est chargé, à partir du 1er octobre, de faire tous les lundis un compte rendu d’un ouvrage sérieux qui soit à la fois agréable. » L’engagement sera tenu avec ses Causeries du Lundi et ses Nouveaux Lundis. Le 13 octobre 1869, Sainte-Beuve meurt dans sa petite maison de la rue du Montparnasse entouré de ses amis. « Avec qui causer de littérature maintenant ? » s’interroge Flaubert.

Adèle.fr

La nature avait doté Sainte-Beuve d’un sexe hermaphrodite et, dans ces conditions, pas question de rivaliser en virilité avec le fougueux Hugo. Il avait séduit la pieuse Adèle par sa douceur et un raffinement tout féminin. Adèle ne le surnommait-elle pas Charlotte ?

 

 

Au 19, Pierre Larousse n’aime pas Bonaparte

DictLe Nouveau Dictionnaire de la langue française, ancêtre du Petit Larousse, est publié en 1856, aussitôt condamné par l’Eglise, Larousse n’étant pas tendre avec l’institution. Le forçat des lettres refusera d’avoir des enfants pour ne pas perdre de temps et publiera son grand-œuvre, le Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle qui paraîtra par fascicules à partir de 1863. Un monstre : plus de 20 000 pages ! « Donner enfin à la magnifique encyclopédie de Diderot un pendant plus complet et plus grandiose encore, voilà une œuvre qui, achevée, sera pour l’éditeur la fortune, et pour l’auteur la gloire » écrit Victor Hugo.

S’il n’aimait pas l’Eglise, Pierre Larousse n’aimait pas plus Bonaparte. Dans son dictionnaire, il fait mourir le général le jour du coup d’État en 1799 (et ne voulut jamais corriger cette assertion). Bonaparte : « Né à Ajaccio (île de la Corse) le 15 août 1769, mort au château de Saint-Cloud le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799).

Au 19, Jacques Lacan

AVT_Jacques-Lacan_2837« Là où ça parle, ça souffre » disait-il. Est-ce que « ça parlait » 19, rue du Montparnasse ? Je ne sais pas. (Et je ne suis pas sûr qu’il ait résidé là, c’est sur Wikipédia, mais nulle part ailleurs).

Au 32, c’est Quinet (de 1840 à 1851)

Hôtel d'Edgar Quinet Atget_Eugène
La maison d’Edgar Quinet

Qui c’est, Quinet ? Une station de métro ? Un boulevard ? Un apéritif ? Ce remarquable historien, poète, philosophe et homme politique français est connu de nombreux écoliers pour la dictée de son texte Aucune machine ne vous exemptera d’être homme où il met en garde contre une croyance trop naïve envers le progrès. Ce qui ne l’empêcha pas d’être visionnaire dans de nombreux domaines comme les dangers de l’hégémonie prussienne et la réforme de l’enseignement, jetant en 1850 les bases d’un enseignement national, obligatoire et laïque.

dictée
Vous avez remarqué la bouteille de vin sur l’étagère ?

A propos, la dictée commençait ainsi : « Vous croyez, vous espérez que ces machines vous dispenseront d’avoir vous-même une valeur propre, qu’elles vous communiqueront celle qu’elles possèdent. Détrompez-vous ! Rien au monde ne peut vous dispenser d’avoir vous-même une âme, une dignité personnelle, le respect de vous-même, un caractère, une conscience, une parole. » Oups ! Bien vu, Edgar, On devrait la diffuser en boucle sur les réseaux sociaux.

 Et encore au 32, l’historien Augustin Thierry

AugustinCiel ! Deux historiens célèbres au 32. En cherchant bien, peut-être découvrirait-on qu’habitèrent également à ce numéro Michelet, Guizot et Thiers…

Augustin Thierry fut, à 20 ans, le jeune secrétaire de Saint-Simon entre 1814 à 1817 (et même, comme il l’affirme, son « fils adoptif »), avant de devenir un historien d’un genre nouveau, intégrant la notion de couleur locale dans ses ouvrages. Coloriste précis du Moyen Age, devenu aveugle dès l’âge de trente ans, il dut compiler ses sources dans l’obscurité et composer de tête, avant de dicter . Il meurt rue du Montparnasse en 1856.

Au 47, Kiki de Montparnasse

Kiki

Quel cas, Kiki, dirait Boby Lapointe. Née Ernestine Prin, elle fit tourner bien des têtes, avec sa copine Thérèse Treize. Femme libre des années 20 et 30, elle posa nue pour Foujita, Modigliani, Soutine, Man Ray (avec lequel elle vécut pendant huit ans…) Elle chantait, peignait, dansait et animait des soirées de folie, notamment au Cabaret des fleurs, au 47, rue du Montparnasse.

Au 49, Max Leenhardt

Max
Il est libre, Max…

Ce peintre portraitiste français (1853-1941) créa au 49 un atelier célèbre et reste connu pour être le cousin de Frédéric Bazille.

Au 54, Constantin Brancusi

Brancusi1En 1907, Rodin l’invite à travailler à Meudon comme assistant (Rodin jouit alors d’une reconnaissance internationale et près de cinquante assistants travaillent pour lui). Mais son travail ne prolongera pas au-delà d’un mois. « Rien ne pousse à l’ombre des grands arbres », déclare-t-il. Il emménage au 9 rue du Montparnasse, loue un atelier au 54, et se met à pratiquer la taille directe, réalisant notamment les premiers exemplaires du Baiser.

Baiser

Une version du Baiser se trouve au cimetière Montparnasse, sur la tombe d’une certaine Tatiania Rachewskaïa, jeune Russe qui s’est mystérieusement suicidée à Paris, en 1910. Et voilà-t-y pas que les ayants-droits de la demoiselle, un siècle plus tard, attaquent l’Etat français pour récupérer la chose qui vaut dans les 40 millions. Abracadabrantesque, dirait Chirac se souvenant de Rimbaud qui s’était souvenu de Théophile Gautier pour son Coeur volé…

 

Quelque part dans la rue, Françoise Mallet-Joris

C’était en 1951. Françoise Mallet (pas encore Joris), avait tout juste 21 ans. Son premier roman, Le Rempart des Béguines, publié par Julliard trois ans avant Sagan, fit scandale en racontant une histoire d’amour lesbienne entre une jeune fille et la maîtresse de son père. Suivit une longue carrière littéraire et quelques chansons pour Marie-Paule Belle dont elle partagea la vie de 1970 à 1981.

MalletMembre du Prix Femina de 1969 à 1971, élue à l’unanimité en novembre 1971 à l’Académie Goncourt, membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, ce fut une femme d’influence dans le monde littéraire, s’attirant la haine de Jean-Edern Hallier qui revendiqua un attentat (perpétré par Jack Thieuloy) contre son domicile en 1975.

 

 

 

2 réflexions sur “Un petit tour rue du Montparnasse ?

  1. Hello Gilles, ce n’est pas une bouteille de vin qu’on remarque sur l’étagère au fond de la classe mais d’encre, comme le bec verseur en donne l’indice. Tu es trop jeune pour avoir assisté au cérémonial du remplissage des encriers, voilà tout !
    F.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s